Québec InternationalQuébec International
Centre d’informations économiquesCentre d’informations économiques

Portrait démographique

Portrait migratoire de la RMR de Québec

325x210-Demographie-FR.png
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Indice de remplacement (Équilibre = 100)

325x210-Demographie2-FR.png
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Pour la RMR de Québec, le bilan démographique de 2016 révèle une augmentation de la population de 0,7 % entre 2015 et 2016, pour atteindre 807 211 habitants. La région de Québec compte autant sur l’apport de l’accroissement naturel que sur l’immigration. De plus, la région conserve un poids démographique de 9,7 % à l’échelle québécoise, occupant le deuxième rang en importance derrière Montréal (49,2 %).

L’accroissement naturel (les naissances moins les décès) accentue son importance comme facteur d’amélioration démographique. En effet, cette variable constituait 40 % de la hausse de la population à Québec entre 2011 et 2015, contre 30 % entre 2006 et 2010. Le nombre élevé de naissances (8 356 en 2015) devrait contribuer à maintenir un apport élevé. Néanmoins, la région métropolitaine devra porter attention à l’effet du vieillissement de la population qui exerce graduellement une pression à la hausse sur le nombre de décès. Cette situation se fait déjà ressentir sur l’accroissement naturel, alors qu’entre 2011 et 2015, la région comptait 13 230 naissances de plus que de décès, une baisse de 1,9 % par rapport à la période 2006-2011.

Le vieillissement démographique soulève également des préoccupations quant à l’expansion du bassin de population en âge de travailler dans la région de Québec. Tout d’abord, en 2016, le nombre de personnes âgées de 15 à 64 ans a diminué de 0,4 %, affichant une quatrième baisse annuelle consécutive (-0,02 % au Québec). Selon le scénario de référence de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), ce recul se poursuivra et pourrait atteindre 1,1 % entre 2016 et 2021 (-0,5 % au Québec). Ce ralentissement aura une incidence sur l’évolution de la population active. Celle-ci a d’ailleurs enregistré une baisse de 1 % en 2016. Deuxièmement, la région de Québec voit son indice de remplacement s’éloigner de l’équilibre. L’an dernier, elle comptait 9 jeunes, âgés de 20 à 29 ans, potentiellement aptes à entrer sur le marché du travail, pour 10 personnes, âgées de 55 à 64 ans, potentiellement aptes à prendre leur retraite. Ce ratio risque de glisser à 8 pour 10 d’ici cinq ans, un facteur supplémentaire qui modérera la hausse de la population active.

L’amélioration du pouvoir d’attraction de Québec auprès des immigrants a contribué à modérer l’effet du vieillissement de la population. Pour l’exercice 2015-2016, c’est 3 310 immigrants internationaux qui ont choisi de s’établir à Québec, portant le bilan des cinq dernières années à 16 150 immigrants (versus 2 200 sortants), une hausse de 31,1 % par rapport à la période comprise entre 2006 et 2011. Notons, à cet effet, que la région a attiré 6,1 % des immigrants qui se sont établis au Québec depuis cinq ans, une amélioration par rapport au 5,1 % obtenu entre 2006 et 2011. Ce bilan s’améliore progressivement, mais il reste du chemin à parcourir puisque cette proportion demeure inférieure au poids démographique de la région. Des efforts devront également être mis en œuvre pour ralentir les pertes migratoires interprovinciales qui persistent. Lors de l’exercice 2015-2016, 1 379 personnes d’une autre province se sont établies à Québec, alors que 2 808 personnes de Québec ont pris la direction d’une autre province. Ainsi, la région affiche une perte nette interprovinciale de 3 915 personnes pour la dernière période quinquennale (2010-2015).

L’apport de l’accroissement naturel et le bilan migratoire positif sont favorables à l’augmentation du nombre d’habitants dans la RMR de Québec. Cette perspective laisse présager que la population de Québec devrait maintenir une croissance annuelle moyenne de 0,8 % d’ici 2021, pour approcher la barre des 840 000 habitants. Cette prévision s’appuie sur une croissance des ménages qui soutiendra le nombre de naissances. De plus, les actions prises pour faire connaître les besoins de main-d'œuvre, la diversité et la disponibilité des emplois, de même que la qualité de vie de la région, devraient contribuer à accentuer les gains migratoires.

 
Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page