Québec InternationalQuébec International
Centre d’informations économiquesCentre d’informations économiques

Investissement non résidentiel

Investissement non résidentiel dans la RMR de Québec

325x210_investissement_FR_01.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Taux d'inoccupation non résidentiel pour la RMR de Québec, 2017

325x210_investissement_FR_02.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

12,8 G$ d'investissements non résidentiels répartis dans plus de 265 projets en cours et annoncés d'ici 10 ans

325x210_investissement_FR_03.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Les grues intensifient leur présence dans le paysage de la région de Québec, signe d’une relance graduelle des projets d’envergure. En 2017, la diversité et l’importance des chantiers en cours ont contribué à générer des investissements non résidentiels de 912,6 M$. La région enregistrait une augmentation de 11,3 % par rapport à 2016, qui s’inscrivait comme la deuxième plus importante parmi les huit principales régions métropolitaines canadiennes, après Winnipeg (+18,4 %). Cette reprise des dépenses en immobilisation concorde avec la tendance observée à l’échelle québécoise (+7,3 %) et canadienne (+1,2 %). De plus, elle laisse entrevoir une accélération soutenue de l’investissement au cours de 2018.

Le secteur industriel a investi une somme record de 129,1 M$ à Québec l’an dernier, soit une hausse annuelle de 67,4 %. Les industries du transport maritime et de l’énergie ont maintenu leurs dépenses afin de réaliser d’importants contrats d’approvisionnement. D’autres ont rénové leurs installations afin d’intégrer de nouveaux outils de production. L’année 2018 s’inscrira d’ailleurs dans cette continuité. En effet, l’accroissement de la productivité et le contrôle des coûts de production passent par une amélioration constante des infrastructures existantes afin de faire une plus grande place à la robotisation et à l’introduction de systèmes innovants. De plus, l’ajout de nouveaux espaces industriels incite les entreprises à accroître leur présence dans la région, tel qu’observé l’an dernier du côté de Saint-Augustin-de-Desmaures, du Parc d’innovation Michelet et de l’Innoparc de Lévis. Ces efforts se poursuivront alors que deux leaders de la biopharmaceutique, Medicago et Endoceutics, investissent massivement pour construire leurs installations de production du côté d’Estimauville et de L’Ancienne-Lorette. De plus, l’intérêt s’accroît pour les terrains du secteur Chauveau alors que la Maison Simons lancera les travaux de construction d’un centre de distribution.

La construction d’infrastructures institutionnelles a généré des dépenses de 226,6 M$ en 2017, une augmentation de 23,2 %. Plusieurs projets visaient à rénover et à ajouter des établissements touristiques, d’enseignement, de même que de santé et de services sociaux. Plusieurs de ces projets se poursuivront en 2018 et certains entreront dans une période plus intensive. C’est le cas du projet d’agrandissement de l’hôpital de l’Enfant-Jésus. Bien que le taux d’inoccupation demeure élevé (8,5 %) pour les espaces de bureaux, des projets prennent graduellement forme dans les secteurs de Lebourgneuf et de Sainte-Foy. Qui plus est, le Groupe Dallaire prévoit investir des sommes importantes dans la réalisation d’un grand complexe immobilier à Sainte-Foy, soit « Le Phare », qui pourrait commencer à prendre forme en fin d’année 2018. Ce leader immobilier démontre également de l’intérêt à développer le secteur de l’entrée des ponts du côté de la Rive-Sud.

Le secteur commercial a dépensé 556,9 M$ en 2017, des investissements similaires à ceux observés en 2016 (-0,3 %). Une grande proportion de ces dépenses a été engagée pour moderniser les grands centres commerciaux situés à Sainte-Foy et Lebourgneuf. Ces derniers poursuivront d’ailleurs leurs actions afin d’attirer de nouveaux détaillants et de combler l’espace laissé par la disparition d’un géant comme Sears. De plus, le détaillant suédois IKEA poursuivra les travaux en vue de son retour à Québec cette année. Ce projet contribuera d’ailleurs à dynamiser le développement de l’axe commercial Duplessis ce qui pourrait attirer de nouvelles bannières commerciales, dont la française Décathlon. Soulignons également la réalisation d’importants projets résidentiels locatifs et en copropriété dans lesquels s’intègrent des espaces commerciaux, stimulant également l’investissement dans ce secteur.

L’investissement non résidentiel reflète la volonté des entreprises de mettre en place des infrastructures de pointe pour accroître la productivité, réduire les coûts d’exploitation et offrir un environnement de travail attrayant à leurs travailleurs. En ce sens, le retour à la croissance des dépenses en immobilisation dans la région de Québec est un signe très positif pour le développement de l’économie régionale. On dénombre actuellement plus de 250 projets non résidentiels en cours et annoncés évalués à environ 10,1 G$. La discipline et la rigueur, dont a fait preuve la région ces dernières années, constitueront des facteurs nécessaires en 2018 pour mener conjointement ces projets d’envergure, de même que ceux visant l’amélioration des infrastructures aéroportuaire et portuaire, du réseau de transport en commun et du patrimoine historique.

 
Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page