Québec InternationalQuébec International
Centre d’informations économiquesCentre d’informations économiques

Marché du travail

Portrait du marché de l'emploi des 8 grandes RMR canadiennes

325x210_marche-travail_FR_01.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

RMR de Québec : Évolution du marché du travail

325x210_marche-travail_FR_02.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Évolution de la population active de la RMR de Québec par catégorie d'âge

325x210_marche-travail_FR_03.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Nos attentes étaient élevées envers le marché de l’emploi de la RMR de Québec en 2017 en raison des perspectives de croissance favorables pour l’ensemble de ses secteurs économiques, de même que de la bonne tenue de l’économie mondiale. La région a relevé le défi avec brio. Elle a enregistré la création de 4 300 emplois en 2017. Son taux de chômage est passé sous le seuil historique de 4,4 % observé en 2008, pour se chiffrer à 4,2 % (4,6 % en 2016) prenant ainsi le premier rang au Canada parmi les 8 principales régions métropolitaines. De plus, la région a conservé le taux d’emploi le plus élevé au Québec, soit 65,1 %.

Les principaux piliers de l’économie de Québec ont stimulé le marché du travail en 2017, permettant ainsi d’atteindre un nouveau sommet de 442 800 emplois. Le secteur des services, qui représente 87 % des emplois totaux, a généré plus de 90 % des nouveaux emplois créés. Il a notamment tiré profit de la reprise observée du côté des services professionnels, scientifiques et techniques, des services financiers et d’assurances, de même que des services de transport. Ces composantes continueront d’ailleurs d’offrir des perspectives de carrière intéressante en 2018. L’industrie de la construction, quant à elle, a bénéficié du départ de nouveaux projets résidentiels et d’infrastructures d’envergure pour relancer les embauches. Le besoin de main-d’œuvre continuera d’ailleurs de s’intensifier au-delà de 2018 puisque les chantiers en cours et annoncés s’échelonneront sur plusieurs années (infrastructures routières et de transport, établissements de santé et d’éducation, complexes immobiliers, etc.). Le secteur manufacturier, de son côté, a compté sur la croissance de nombreux chefs de file pour ajouter des travailleurs. Plusieurs fabricants ont l’intention d’embaucher cette année, mais ils procéderont graduellement afin de s’ajuster aux incertitudes entourant certaines ententes commerciales, à l’évolution de la devise canadienne, à la disponibilité de main-d’œuvre et à l’intégration de nouvelles technologies de production.

Ce dynamisme général qui caractérise la région de Québec est favorable aux travailleurs âgés de 25 à 54 ans, qui ont enregistré une progression de leur nombre d’emplois de 0,1 % en 2017. Représentant plus des deux tiers des emplois, ces derniers ont aussi enregistré un taux d’emploi de 89,5 %, soit le plus élevé au Canada et 91,8 % des travailleurs en emploi dans cette catégorie d’âge occupaient un poste à plein temps. Cependant, la population active de cette catégorie d’âge évolue en dents de scie depuis près de cinq ans, affichant d’ailleurs une baisse annuelle de 0,5 % l’an dernier. Cette situation laisse entrevoir une rareté grandissante de main-d’œuvre disponible du côté des 25-54 ans. Pour y répondre, les entreprises devront tenter de retenir les travailleurs plus âgés et offrir plus rapidement des opportunités aux travailleurs plus jeunes. À cet effet, le nombre d’emplois chez les 55 ans et plus a augmenté de 9,1 % l’an dernier. Quant au taux d'emploi, il a atteint 32,4 %. Notons que ce taux demeure relativement bas, ce qui suggère que ces travailleurs pourraient jouer un rôle encore plus marqué sur le marché du travail dans les prochaines années. Quant au nombre d’emplois chez les 15 à 24 ans, leur nombre a reculé de 4,9 % par rapport à 2016. Le repli de la population active pour cette catégorie d’âge constitue le principal facteur expliquant cette diminution.

La performance du marché de l’emploi à Québec en 2017 reflète les efforts des entreprises pour assurer leur croissance, accroître leur expertise et combler les départs à la retraite. Cette situation devrait se prolonger puisque les résultats du sondage Léger sur la confiance des entrepreneurs, publié le 7 février par Québec International, révélaient que 77 % des chefs d'entreprise de la région prévoyaient embaucher au cours de l’année 2018, comparativement à une anticipation de 66 % l’année précédente. De plus, une réflexion sur le passage à l’économie 4.0 s’organise auprès des différents acteurs socio-économiques de la région. Le milieu entrepreneurial et de l’enseignement, notamment, désirent prendre le pouls sur les besoins de main-d’œuvre actuels, mais aussi identifier les orientations à prendre pour offrir des formations susceptibles de répondre aux besoins économiques de demain. Les actions futures qui seront portées contribueront à une transformation plus en douceur du marché de l’emploi, mais aussi à offrir des perspectives de carrières intéressantes à la population de Québec, de même que de stimuler l’intérêt des jeunes aux domaines d’avenir.

Dans cette perspective, la région de Québec continuera de se distinguer au chapitre de l’emploi en 2018. Nous pourrions observer la création de 3 500 à 4 000 nouveaux emplois cette année. Cette perspective soutiendra la hausse du taux d'emploi et fera baisser le taux de chômage à 4 % ou moins.

 
Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page