Québec InternationalQuébec International
Centre d’informations économiquesCentre d’informations économiques

Pouvoir d’achat et consommation

Pouvoir d'achat : Portrait des 8 principales RMR canadiennes

325x210-PouvoirAchat-FR.png
Cliquer sur le graphique pour agrandir

RMR de Québec : Croissance des indicateurs de revenu et de consommation

325x210-PouvoirAchat2-FR.png
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Salaire moyen

En 2016, le salaire moyen dans la RMR de Québec était de 44 404 $ (42 835 $ au Québec). Selon le Conference Board du Canada, la région a enregistré une augmentation de 1,9 % par rapport à 2015 (+2,7 % au Québec). Cette croissance permet d’inscrire une majoration moyenne de 2,9 % annuellement depuis 5 ans, surpassant celle de 2,2 % pour l’ensemble du Québec. Le besoin de main-d’œuvre persistant dans les secteurs liés à l’économie du savoir et le taux d'emploi élevé contribuent à la hausse du salaire moyen à Québec. Ces facteurs demeureront présents, au cours des cinq prochaines années, laissant entrevoir une progression annuelle moyenne autour de 2 %; une croissance similaire à celles attendues pour les autres régions métropolitaines canadiennes d’importance.

Taux d’inflation

Le prix du panier de biens de consommation dans la région métropolitaine de Québec connaît une hausse modérée, tout comme dans le reste du Québec. En 2016, le taux d’inflation était de 0,6 % dans la RMR comparativement à 0,7 % au Québec. La plupart des composantes ont observé des hausses, soit les biens d’alimentation, du logement et du vêtement. Certains biens importés, victimes de la dévaluation du dollar canadien, pourraient voir leur prix augmenter en 2017. Cependant, la stabilisation du côté des prix du logement pourrait faire contrepoids face à cette tendance. Dans ces circonstances, le taux d’inflation devrait, ainsi, demeurer à l’intérieur de la fourchette cible de la Banque du Canada, soit autour de 2 % par année à Québec d’ici les cinq prochaines années.

Revenu personnel disponible

La RMR conserve le premier rang au Québec, avec un revenu personnel disponible (RPD) par habitant de 36 128 $ (27 893 $ au Québec), une hausse de 2,3 % par rapport à 2015 (+3,8 % au Québec). Cet accroissement permet de préserver le pouvoir d’achat des ménages de la région puisqu’il est supérieur à la hausse du taux d’inflation. Qui plus est, avec une croissance moyenne de 3,3 % enregistrée entre 2011 et 2016, la région de Québec s’est hissée comme l’une des plus performantes dans l’est du pays. À long terme, l’augmentation des revenus d’emploi, des rendements boursiers et des paiements de transferts permettra à cette tendance de perdurer. En fait, les prévisions chiffrent la hausse annuelle moyenne du RPD par habitant à 2,6 % d’ici 2021 dans la région métropolitaine (+2,5 % au Québec).

Ventes au détail

En 2016, les ventes au détail ont atteint 14,2 G$ dans la RMR, une hausse de 1,9 % par rapport à 2015 (+4,5 % au Québec). Ce dynamisme appuie la réalisation de différents projets visant l’expansion et la modernisation des installations commerciales, mais aussi l’arrivée de nouveaux joueurs qui pourraient s’implanter à Québec. De plus, le virage numérique auquel adhèrent les détaillants assurera leur compétitivité dans un contexte où le commerce électronique prend de l’ampleur. À long terme, ces initiatives combinées à la croissance de l’emploi, de la démographie et des revenus des ménages soutiendront la pérennité du secteur. Selon le Conference Board du Canada, les ventes au détail devraient progresser en moyenne d’environ 2,3 % par année d’ici 2021, reproduisant la performance des cinq dernières années.

Faillites

Selon le Bureau du surintendant des faillites, la RMR de Québec a dénombré 2 065 faillites en 2016, soit 4 de plus qu'en 2015 (+0,2 %). La région a inscrit son plus haut niveau en dix ans, une situation également observée dans plusieurs régions du Québec. Malgré la conjoncture somme toute favorable - un bas taux d’inflation, de bas taux d’intérêt et des revenus à la hausse - la santé financière des consommateurs semble troublée. Il s’agit là d’une situation exceptionnelle pour la région et nous sommes confiants que cette situation ne sera qu’éphémère. L’amélioration du bilan des ménages pourrait d’ailleurs contribuer à redresser la situation. À cet effet, 1 919 personnes ont déposé leur bilan en 2016, soit 7 de moins que l’année précédente (-0,4 %). Du côté des entreprises, la région a dénombré 146 faillites d’entreprises, soit 11 de plus qu’en 2015 (+8,1 %). La capacité d’adaptation et de développement de marchés demeureront des atouts pour rééquilibrer le rendement financier des entreprises.

 
Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page