Québec InternationalQuébec International
Centre d’informations économiquesCentre d’informations économiques

Pouvoir d’achat et consommation

Pouvoir d'achat : Portrait des 8 principales RMR canadiennes

325x210_pouvoir-achat_FR_01.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Croissance des indicateurs du pouvoir d'achat de la RMR de Québec

325x210_pouvoir-achat_FR_02.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Salaire moyen

Selon les prévisions du Conference Board du Canada, le salaire moyen était de 42 916 $ dans la RMR de Québec en 2017 (43 185 $ au Québec), une hausse de 1,7 % par rapport à 2016 (+2,3 % au Québec). Les besoins en main-d’œuvre sont encore bien présents. Ceux-ci semblent avoir entraîné une hausse du salaire moyen dans tous les secteurs d’activité de la région. La création d’emplois, notamment qualifiés et à plein temps, le taux d’emploi élevé et la remontée du taux d’inflation soutiendront la majoration des salaires pour 2018. De plus, la compétition entre les régions du Québec pour attirer et retenir les travailleurs devrait amener les employeurs de la région de Québec à offrir des salaires plus avantageux pour demeurer compétitifs. En ce sens, la croissance annuelle moyenne des salaires pourrait se ramener autour de 2 % jusqu’en 2021.

Taux d’inflation

L’indice des prix à la consommation (IPC) a connu une hausse de 1,1 % en 2017 (+1,1 % au Québec) dans la région de Québec. Le bas taux d’inflation à Québec, qui avoisine 1 % pour une cinquième année consécutive, s’explique par la majoration modérée de la première composante du panier de biens moyen, celle du logement (+0,9 %) et par une baisse des coûts en combustible et en électricité (-0,3 %). De plus, l’appréciation du dollar canadien a contribué à diminuer la pression sur les prix des biens importés. Pour 2018, le taux d’inflation pourrait légèrement s’accélérer et s’approcher de 1,5 %. Cette prévision s’appuie sur l’augmentation attendue du PIB et du prix des matières premières, de même que la hausse modérée des coûts énergétiques. Notons que la tendance que prendra le huard cette année pourrait aussi accentuer ou adoucir cette prévision, d’autant plus que le dollar canadien demeure sensible aux prix des matières premières et à l’évolution de l’économie américaine.

Revenu personnel disponible

La RMR de Québec maintient la position de tête au Québec avec un revenu personnel disponible (RPD) par habitant de 30 699 $ (28 542 $ au Québec). La hausse de 1,7 % enregistrée par rapport à 2016 (+2,7 % au Québec) surpasse celle du taux d’inflation et donc, bonifie le pouvoir d’achat de la population de Québec. Considérant la stagnation du salaire moyen à Québec en 2017, la hausse du RPD par habitant serait attribuable à la majoration des « autres revenus ». Celle-ci pourrait s’expliquer par les allègements fiscaux dont ont bénéficié plusieurs ménages ainsi que par des rendements exceptionnels des cours boursiers contribuant à l’augmentation des « autres revenus ». Pour 2018, les prévisions chiffrent la hausse du RPD par habitant à plus de 2 % dans la région métropolitaine (idem au Québec). La croissance économique soutenue et la performance de l’emploi soutiendront l’augmentation du RPD par habitant, qui, rappelons-le, est en croissance continue depuis plus de 20 ans.

Ventes au détail

Les ventes au détail ont atteint 14,9 G$ dans la RMR de Québec en 2017, une hausse de 4,7 % par rapport à 2016 (+5,7 % au Québec), une donnée qui témoigne de la vigueur de la consommation. Celle-ci se maintiendra en 2018 puisqu’on s’attend à une augmentation d’environ 3,1 % des ventes au détail. Une fois de plus, la vigueur économique et les taux d’emprunt, encore avantageux, sont favorables, mais l’accroissement du commerce en ligne chez les géants internationaux pourrait avoir un impact sur l’accroissement des ventes québécoises. Les centres commerciaux poursuivent d’ailleurs leurs efforts de modernisation et de positionnement de marché pour attirer de nouveaux joueurs. De plus, ils s’activent à intégrer le numérique dans leur modèle d’affaires afin d’assurer leur pérennité. Qui plus est, de nouveaux détaillants s’installeront dans la région dans un avenir rapproché. Mentionnons, par exemple, le retour de la suédoise IKEA de même que l’arrivée du géant du sport français Décathlon et des marchés Adonis de Montréal.

Faillites

En 2016, la RMR de Québec a enregistré 2 121 faillites personnelles selon le Bureau du surintendant des faillites, 202 de plus qu’en 2016 (+10,5 %). Notons que la région avoisine la barre des 2 000 faillites pour une troisième année consécutive. Bien que les principaux indicateurs économiques sont demeurés favorables en 2017 (bas taux d’inflation, taux d’intérêt abordables, création d’emplois, hausse des revenus, etc.), la santé financière de certains consommateurs semble avoir été troublée notamment en raison du surendettement. Toutefois, un bémol s’impose puisque la proportion de personnes déclarant faillite dans la région demeure stable à 0,03 % de la population totale. Du côté des entreprises, 197 dépôts de bilan ont eu lieu en cours d’année 2017 soit 47 de plus qu’en 2016 (+32,2 %). Malgré tout, nous demeurons persuadés que les entreprises sauront corriger le tir grâce au dynamisme économique de Québec.

 
Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page