Québec InternationalQuébec International
Centre d’informations économiquesCentre d’informations économiques

Marché de l’habitation

Portrait du marché de l'habitation, RMR de Québec

325x210_habitation_FR_01.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Principaux projets résidentiels en cours et annoncés dans la RMR de Québec

325x210_habitation_FR_02.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Taux d'inoccupation dans la RMR de Québec

325x210_habitation_FR_03.jpg
Cliquer sur le graphique pour agrandir

Le marché de l’habitation a affiché une performance au-delà des attentes dans la RMR de Québec en 2017. Tout d’abord, la région a recensé 6 640 mises en chantier (+39,3 %), c’est à peine 12 de moins que le niveau record établi en 2010. Ensuite, la tendance haussière du côté de la revente s’est maintenue pour une quatrième année consécutive, enregistrant 6 885 transactions (+2,5 %). Le dynamisme observé du côté résidentiel a reposé en bonne partie sur l’accélération de l’activité économique régionale, l’accroissement démographique, l’amélioration constante du bilan migratoire et l’accès encore favorable au crédit. Ces facteurs favorables demeureront d’ailleurs présents au cours de la prochaine année.

En 2017, la construction résidentielle a offert sa deuxième meilleure performance en plus de 20 ans dans la région de Québec. Le parc immobilier s’est agrandi de 6 640 nouvelles unités, une augmentation de 39,3 % par rapport à 2016. Les mises en chantier d’unités locatives et en copropriété ont surpassé les attentes en raison, notamment, du lancement d’importants projets dans les secteurs de Sainte-Foy, de Saint-Augustin-de-Desmaures et de la périphérie nord. Selon plusieurs analystes, ces nouveaux chantiers répondraient à une demande latente provenant en grande partie de nouveaux retraités et de jeunes ménages. À cet effet, il s’est construit un total de 3 820 unités locatives (+36,8 %), regroupant près de 60 % des mises en chantier pour une troisième année consécutive. De son côté, la copropriété a fait un retour en force, après une accalmie en 2016. Il s’est construit 1 195 nouvelles unités, une hausse annuelle de 172,2 %, regroupant 18 % des mises en chantier, contre 9 % un an plus tôt.

Les marteaux continueront de résonner du côté locatif et de la copropriété dans la région de Québec. Les bas taux d’inoccupation laissent croire que l’inventaire disponible demeure contrôlé, autant du côté locatif (4,5 %) que de la copropriété (3,9 %) et des résidences pour personnes âgées (5 %). De plus, des promoteurs étudient la possibilité de lancer graduellement de nouveaux projets de grande envergure. La tête des ponts serait un secteur fortement privilégié, et ce, autant du côté de la Rive-Nord que de la Rive-Sud.

Pour la propriété absolue, la région a dénombré 1 521 nouvelles unités, un recul de 1 % par rapport à 2016. Ce marché, qui inclut la propriété individuelle, les jumelés et les maisons en rangée, s’ajuste à la disponibilité de terrains abordables et à l’inventaire d’unités neuves et existantes à vendre. Le repli modéré de ce secteur résidentiel, combiné à la gestion prudente des inventaires locatifs et de copropriétés, nous laissent croire que l’ensemble de la construction résidentielle retournera, dès 2018, vers un niveau plus soutenable qui se situe autour de 4 000 mises en chantier. Notons d’ailleurs que la région métropolitaine compte actuellement une centaine de projets en cours et annoncés, dont la valeur totale approche 4,4 G$.

L’intérêt pour la propriété existante s’est également accéléré dans la région de Québec en 2017, et ce, pour une quatrième année consécutive. Le marché de la revente a d’ailleurs dénombré 6 885 transactions, un bond de 2,5 % par rapport à 2016. La propriété unifamiliale a dominé avec 4 795 reventes (+1 %). Le marché de la copropriété a suivi avec 1 548 transactions (+5 %) et celui des plex a fermé la marche avec 531 transactions (+2 %). Cependant, le niveau élevé des nouvelles inscriptions maintient le marché de la revente à l’avantage des acheteurs, limitant ainsi la progression des prix. Pour une propriété unifamiliale, le prix médian s’est fixé à 250 000 $ l’an dernier, une hausse annuelle de 1 %. Pour les plex (306 400 $) et la copropriété (188 000 $), le prix médian continue de diminuer enregistrant des baisses respectives de 4 % et de 1 % par rapport à 2016.

Dans la perspective où les conditions économiques continueront de s’améliorer, le marché de la revente maintiendra une tendance haussière dans la région de Québec. Les acheteurs potentiels continueront également de profiter d’un inventaire de propriétés existantes diversifiées, d’une majoration des prix près du taux d’inflation et de conditions d’emprunt encore favorables. La barre des 7 000 transactions est d’ailleurs envisageable pour 2018.

 
Partager cette page

Vous pouvez partager cette page via:

Imprimer la page